Rosier Baptistine L. Centifolia en vente sur le site

Nouvelle variété de rose de Provence obtenue à Grasse et multipliée par Rose des Arts à Grasse et à l'Isle sur la Sorgue. Après dix ans de recherches expérimentales plein champs, 

un parfumeur grassois Baptistin Giorgis entrepris au siècle dernier, la quête du graal de la rose Centifolia qui fit la célébrité de Grasse, disparue au XVIIIème siècle

Cette rose aux notes de coeur profonde était idéale pour parfumer les cuirs.

Le rayonnement des gantiers grassois appréciés de toutes les cours Royales d'Europe permis l'essor de la parfumerie.

Avec le retour de la rose aux 108 pétales qui a ces notes de coeur, la rose prend à nouveau son envol.

Baptisée par Monique Rémy, ingénieur chimiste qui a dédié sa carrière aux matières premières naturelles, fondatrice d'LMR-laboratoires et avec le soutien de Madame Ducatillon, de la Villa Thuret d'Antibes.

Baptistine Centifolia s'inscrit dans la lignée des roses de la parfumerie Française. Certificat d'obtention Végétale Française en 2009, Européenne en Avril 2013.N° OCVV :2013/1015

La dernière en date était la Nabonan, Centifolia simple éditée à Lyon en 1880.

La récolte atteint 2 tonnes de fleurs.

L'extraction de l'absolue confirme la qualité de son caractère de rose de coeur et le rendement de rose pour l'industrie. Son parfum intense exhale un bouquet profond et subtil de rose, tel qu'il surgit dans nos mémoires. 

La distillation dans un distilloir en cuivre, avec de l'eau de source pure, respecte la qualité dynamique de la permaculture des champs d'exploitation pour vous offrir ses gammes parfum & cosmétique, gastronomie, et herboristerie aromatique.

NOUVELLE DESIGNATION VARIETALE: Baptistine 

CLASSE: Rosa L.Centifolia

OBTENTEUR: Roseline GIORGIS

EDITEUR: ROSE DES ARTS Domaine de la Rose Fr - 84800 L'Isle sur la Sorgue - Provence France

 Chambre d'agriculture : Obtention  végétale O.C.V.V.: n 2013/1015

La Fleur

  • Couleur: Rose

  • Forme: Double, en quartiers

  • Diamètre: 7 cm

  • Poids: 12gr

  • Nombre de pétales: 108

Parfum:

  •  Intense de rose, bouquet classique du parfumeur au XVIIIème siècle

La Plante: 

  • Port: Arbustif, courbe 1,80m

  • Végétation: Solide

  • Feuillage: Vert moyen satiné

  • Résistance aux maladies: Excellente

  • Inflorescences: 5 à 12 roses en grappes

  • Floraison: Abondante durant 4 semaines en Mai- Juin pour 1,5 Kg de fleurs par rosier

  • Hauteur:180 cm

Utilisation:

  • Culture A.B. Plein champs

  • Parfum, Cosmétologie et Gastronomie

  • Horticulture:  fleurs coupées romantiques

  • Paysage : arbuste en arceaux

  • Herboristerie

Porte-greffe:

  • Auto-greffes eyeutées vigoureuses

  • Laxa / Indica / Pfanders

Nouvelles recherches en Permaculture:

  • la biodiversité stimulante pour la concentration odorante 

Description:

  • Rose romantique d’antan, évoquant la fameuse rose L. Centifolia décrite par Redouté. Le pétale est très doux, jamais froid au toucher. Elle est très parfumée d’une fragrance exclusive de rose. Elle est utilisée en parfumerie par distillation sous le nom Eau de rose ou hydrolat dynamique et par extraction sous le nom: ABSOLUE de ROSE BAPTISTINE CENTIFOLIA L.

  • 1er Dépôt CPOV FEV 2009 / ROS 3257 - DN 19799 Validée sous référence ROS 3257 par le Bundessortenamt Osterfelddamm 80 DE - 30627 Hannovre -  Allemagne

  • Au XVIIIème siècle, Fragonard, peintre Grassois de la cour de Versailles, associa la rose de sa ville à l’amour courtois. Son talent fit le reste et les jardins du Petit Trianon furent ornés d’arceaux de roses de mai odorantes, originaires de Grasse, décrites dans l’encyclopédie par le peintre des roses Pierre-Joseph REDOUTE (1759-1840). Puis les caprices du temps et une maladie fongique l’ont éliminée de toute exploitation en pays Grassois. La crise fut surmontée par l’introduction du Jasmin d’Egypte qui assura les revenus industriels de la ville. Patrick SÜSKYND (1985) en décrit l’histoire à peine romancée dans « le Parfum ». Un industriel finança les recherches d’un obtenteur lyonnais célèbre qui mit au point pour lui une rose en 1880 : La rose Nabonnand simple ou double, de 40 à 60 pétales. Elle exhale un parfum subtil, extractible, ce qui est rare dans le monde des roses.

  • Sa culture facile, et le savoir- faire grassois en ont fait un succès, pour les usines Chiris d’abord en exclusivité pendant 20 ans, puis en multiplication sur porte-greffe Indica major, elle s’est répandue à la production pour les autres usines du pays Grassois. Même si elle était loin d’être une rose à 100 pétales sur un plan botanique pour des raisons de marketing encore, on l’appela centifolia Nabonand.

  • Mon père, Baptistin GIORGIS, parfumeur à Grasse spécialiste de l’extraction des roses chez «Bertrand-Frères» recherchait le parfum de la rose disparue, il savait qu’il trouverait forcément une nuance s’il faisait renaître une vraie Centifolia à100 pétales. Il consacra ses loisirs à rechercher une nouvelle rose pleine, centifoliaire. Recueillant les fruits de cynorhodons issus du mariage des plus anciens rosiers des couvents de la ville et de la villa Fragonard. Il fit naître enfin ou renaître, cette rose sans avoir de preuves matérielles à l’époque pour confirmer son avis par une analyse chromatographique.

  •  

L’Association Rose des Arts est chargée de la mise en culture expérimentale en permaculture.

Les résultats de culture Biologique ECOCERT présentent un bon rendement productif à l’hectare, tant à Grasse où nous cultivons 5000m2 (à Peymeinade) qu’à l’Isle sur la Sorgue où le jardin de Rose des Arts se déploie sur 2ha.

La récolte est transformée en matière première:

  • Distillation : les Hydrolats riches aussi nommés eau de rose,

  • Extraction à l’exhane : la « concrète », séparée ensuite en cire et absolue de rose.

  • Déshydratation froid ventilé : les roses séchées conservent leur parfum intégral

  • Séchoir classique

La qualité exceptionnelle des eaux de source de la Fontaine de Vaucluse, offre une dynamique surprenante tant en hydrolat classique qu'en hydrolat concentré. Dans les premiers litres, il contient une part précieuse d’huile essentielle de rose, d’une densité proche de celle de l’eau, elle est donc miscible. Cette eau riche, est utilisée directement pour produire une gamme de cosmétiques à la rose aux qualités anti-oxydantes remarquables.

L’extraction de la « concrète » ainsi que la séparation des cires pures et de l’huile absolue est obtenue par procédé industriel.

A l’analyse, l’Absolu de rose Baptistine Centifolia contient très peu de méthyl-eugénol, partie considérée comme toxique par les normes européennes. 

Cette production permet de décliner une large gamme de réalisations : Cosmétique et Parfumerie, Gastronomie, Herboristerie.